CONTACTEZ-NOUS

NOM ET PRÉNOM

EMAIL

TÉLÉPHONE (FACULTATIF)

OBJET

MESSAGE

×

AMOUTATI LA DAME DE FER

URBAN PEACE AU STADE DE FRANCE

PAS DE QUARTIER

AMOU TATI DANS LA DAME DE FER

Retrouvez Amou Tati dans la Dame de Fer au Festival d'Avignon 2015

FESTIVAL D'AVIGNON 2015 AMOU TATI (Tatiana Rojo) nous entraîne avec humour et émotion dans son univers familial coloré et déjanté…

Elle raconte avec malice la vie d’une mère africaine, Michelle, seule avec ses quatre filles, qui se bat pour leur bonheur et ne s’embarrasse pas de scrupules pour sortir de la misère.

Michelle explique à ses filles : " On sèche son linge là où le soleil brille, le cacao ne pousse pas à Genève et pourtant là-bas ils sont tous chocolatiers ! "

Sur scène, se côtoient une mère africaine traditionnelle autoritaire, un québécois écolo ou encore un français bobo égocentrique... des personnages tous plus vrais et attachants les uns que les autres.

Burlesque, poignante... AMOU TATI, joue de tous ses talents, dans une mise en scène enlevée d'Eric CHECCO, pour nous livrer un one-woman-show décapant !

Programmateurs, téléchargez la fiche technique du spectacle.

La compagnie CHECCO porte le nom de son metteur en scène, qui fut aussi le directeur de la compagnie "LE THÉATRE DU VOILE DECHIRÉ" fondée en 1984, et totalisant une trentaine de créations chorégraphiques, théâtrales et évènementielles...

La compagnie CHECCO affirme cette nouvelle vague théâtrale : "le théâtre Urbain" et continue son envol initiée avec Le Couloir des Anges, en 1998...

Aujourd'hui, Eric Checco lance cette nouvelle compagnie avec 3 spectacles à l'affiche :
Amoutati, dans la Dame de Fer,
le Bazik Show,
Hip Hope

La compagnie CHECCO a été crée dans le but d'accompagner l'acteur dans une pédagogie et une discipline artistique soutenue :
Le spectacle de Tatiana Rojo est un travail de fond sur la construction, la caractérisation des personnages et la recherche dramaturgique.

Les danseurs du Bazik Show participent dans une grande fête populaire à l'enseignement des styles de danse et le public est invité à danser sur la scène tout le long du show...

Et enfin, le spectacle de théâtre/Danse Hip Hope, est issu d'une rencontre européenne entre les danseurs de Sarcelles, et les écoles de danses de Copenhague, et Olso.

Les spectacles sont toujours interprétés avec force, ils résonnent avec l’actualité et ils participent à un élan de mobilisation de la conscience populaire.

Ils soulèvent un certain nombre d’interrogations et invitent le spectateur à porter un regard critique et distancé sur l'actualité. Mais les propos sont toujours d'ordre émotionnels et authentiques.

La démarche de la compagnie reste "classique" avec toujours une construction dramaturgique, même si l’humour reste toujours présent dans les sujets graves où on ne l’attendait pas.

La compagnie CHECCO cherche à briser quelques tabous et non-dit qui empoisonnent l’ensemble des relations de toute une communauté urbaine. Elle pose ici ou là, un regard nouveau sur des thèmes liés à l’exclusion, à la diversité, à la différence.

Avec le public, la compagnie entame un nouveau type de reconnaissance mutuelle, voire d’entente et d’amitié entre les peuples.

Les spectacles chorégraphiques sont portés par une rare énergie et abordent souvent le thème de la mixité et de l’échange des cultures.

Texte de présentation de Eric CHECCO par François GIR, Cinéaste, Réalisateur de « 5 colonnes à la Une », et de 83 Dramatiques.

« Le soleil s’éclipse, le voile du sanctuaire se fend au milieu » (LUC)

Au théâtre tout est une affaire de foi et d’amour.

On ne peut transmettre une émotion sans la ressentir profondément.

On ne peut vraiment convaincre le public qu’en allant à lui les bras chargés d’amour.

« Si vous avez de la foi comme une graine de moutarde, vous direz à ce sycomore : Déracines-toi et plantes-toi dans la mer, et il vous obéira. » (LUC)

Image merveilleuse chargée de sens et ornée de poésie.

Le théâtre est né de la magie des Grands Messages que l’homme de tous les temps a célébré par la ferveur de son art.

Mystère de l’inspiration, explosion du génie, sources multiples de l’imagination, besoin irrésistible de la représentation.

« Cherchez à comprendre le dernier mot de ce que disent dans leur chef-d’œuvre les grands artistes, les maîtres sérieux, il y aura Dieu là-dedans. » (VINCENT VAN GOGH)

L’art est une offrande, parfois même un sacrifice.

Il apporte la joie comme il apporte la douleur.

Le théâtre est le plus exigent des arts, car il est éphémère et toujours recommencé – ce n’est rien lui donner que ne pas tout lui donner.

C’est une affaire de foi et d’amour.

« On ne donne vraiment que quand on donne son travail, son âme et son « génie, et cette offrande magnifique de tout soi à tous les hommes, enrichit le donateur autant que la communauté .» (Anatole France)

Pourquoi ces trois citations s’imposent-elles à ma plume quand je pense au théâtre ?
Elles se complètent, s’harmonisent, se mêlent et s’illuminent entre-elles.

Au théâtre : Je sais qu’à chaque instant la montagne peut se retirer et planer dans l’océan si celui qui l’affirme y croit suffisamment pour que cela soit vrai.

Au théâtre : Je sais que le sycomore peut toujours se déraciner et courir se planter dans la mer si celui qui le voit témoigne d’assez d’amour pour le faire voir aux autres.

Au théâtre : Je sais qu’il n’y a jamais de chef-d’œuvre sans l’humble ferveur d’une équipe inspirée.

Au théâtre : Je sais que le bonheur d’offrir enrichit plus encore celui qui donne que celui qui reçoit : ce public anonyme toujours renouvelé que Sarah BERNARDT appelait « le monstre bien aimé ».

Nous venons déjà, de tout dire sur l’esprit qui anime le Théâtre de Eric CHECCO. Le nom qu’il a donné à sa compagnie en 1984, est le Théâtre du Voile Déchiré, symbolise le déchirement brutal du voile qui cachait le sanctuaire interdit, comme le rideau du théâtre s’ouvre à l’éclatement de la lumière et du mystère de la scène.

Eric Checco 1er assistant de Francois Gir sur le tournage d'un film en 1988
RÉVÉLATION D’UN UNIVERS ENCHANTÉ :
Imaginaire voilé changé en vérité limpide, émotionnelle, spirituelle magie de la foi – magie du théâtre.

Eric CHECCO s’est passionné pour le théâtre parce qu’il aime les hommes et qu’il veut les emmener dans ces voyages éthérés.

Comment cette nature généreuse, imaginative et joyeuse aurait pu mieux s’exprimer et clamer son message qu’en se glissant pudiquement sous le masque, aux multiples visages, de la Comédie ?

La compagnie qu’il anime forme une famille idéale, harmonieuse, confiante et heureuse du plaisir qu’elle se donne, humblement, en servant le théâtre.

Il oublie le temps de la vie privée pour toujours progresser dans le métier. Il ne trouve meilleur loisir que le perfectionnement du spectacle en cours.

Il se retrouve aussi pendant les vacances pour réfléchir et puiser dans la ferveur commune la joie de vivre, le plaisir d’offrir et l’énergie de la vie quotidienne.


Sa compagnie retrouve l’essentiel de l’expression dramatique.

Il rejoint, très naturellement, la célébration théâtre primitive puis antique. Il maintient la tradition noble qui traverse les siècles, celle de la rigueur de l’acteur, celle du respect du public, celle du style.

Il préserve l’esprit de son choix. Il honore ses convictions par la qualité distinguée de ses spectacles.

Au théâtre tout est bien une affaire de foi et d’amour.

Eric CHECCO enseigne l'Art Dramatique depuis 1983
Theater Shakespeare, Paris
Club 107, Paris
Théâtre Lino Ventura, Garges
Théâtre Silvia Monfort, Saint Brice

Interview mené par Eric David

Le théâtre a commencé comment dans votre vie ?
Je suis parti en autostop de Toulouse à 17 ans pour me rendre à la Capitale !
En passant devant un théâtre, sans savoir où j'étais exactement j'ai suivi au hasard, une longue file à l'entrée du théâtre de Bouffes du Nord. J'assistais alors, à " La conférence des oiseaux"...
Quand je suis rentré, j'ai dit à mes parents : " Je serai Peter Book ou rien ! "
J'ai été l'élève de Jean Darnel au théâtre de l'Atelier de Paris. Au début de mon parcours, j'étais très ancré dans les œuvres du Grand Répertoire Classique. J'ai même écrit des pièces en alexandrins ! En parallèle, j'étudiais la Bible et j'ai approfondi mon approche du jeu de l'acteur avec ces deux perspectives.
Mon enseignement cherche à rendre le comédien authentique, riche, généreux, et profondément spirituel.
Eric Checco dirigeant des acteurs
Pour être un bon comédien, il faut savoir contrôler sa voix et son physique ?
Ce qui sort du comédien n’est pas à contrôler. C’est ce qui vit en nous qui mérite une constante attention. L'interprète ne doit pas s'écouter de l'extérieur. Sur la scène on ne montre rien on ne démontre rien ... on vit !

Quel lien pouvez-vous mettre entre la recherche biblique et le jeu d'acteur ?
Cette question est trop longue, et passionnante, elle fait l'objet d'un ouvrage que je suis en train d'écrire. Mais disons que l'acteur et le personnage sont deux entités très distinctes et pourtant unique aussi : Le comédien sait toute chose à l’avance, il dirige, anticipe et prépare l’émotion du personnage. Le personnage lui, vit dans l’instant présent. Il s'étonne de tout. Il peut pleurer, sans savoir que quelque scènes plus loin tout changera … L'acteur, c'est Dieu, omni scient...Le personnage, c'est l'homme, surpris par l'enchainement des actes.

Devons-nous s'inspirer des grands interprètes pour créer notre personnage ?
Un personnage n’est pas fixé à l’avance, par je ne sais quelle interprétation marquante d’un grand comédien ou par les indications somme toute, très évasives d’un auteur. Il est ce que l’on choisi qu’il soit.

C'est beaucoup de travail intellectuel ?
Le plus grand ennemi du théâtre est l’évidence, le conventionnel et le manque de travail assidu sur son texte. A l’image d’un artisan laborieux et précis, l'acteur règle l’horloge de son interprétation intérieure pas à pas. Il ne cherche donc plus à se rappeler ce qui est sorti de lui, il se rappellera de ce qui vivait en lui, évitant aussi toute caricature et aussi toute copie de lui-même.


Que représente la notion de "répétition" pour vous ?
La répétition et celle du parcours émotionnel intérieur en même temps que le parcours du texte. Vous travaillez émotionnellement le texte sur table, puis vous apprenez ce parcours émotionnel et le texte alors s’impose de lui-même. Si le texte écrit par l'auteur est plus important en nombre de mots que vos annotations, alors le travail sur texte est incomplet. La générosité de l'acteur repose sur l'approfondissement de ce travail Le labeur et le plaisir de l’acteur c’est son parcours émotionnel qu’il a construit sous son texte."

Précisez...
Le personnage présente plusieurs humeurs dans son parcours dramatique et le "mot dit" n’est que l’aboutissement de l’émotion. Chaque vocable vivant est le fruit d'un "débordement" de l'intérieur vers le public. "De l’abondance du cœur la bouche parle" dit la Bible... Le mot ou le geste ne sont que l'excédent de l'âme.

Le geste ? La danse ? Vous avez mis en scène un nombre important de danseurs internationaux, et travaillez avec un nombre tout aussi important de chorégraphes ?
Le travail dramaturgique de la danse est le même que le travail d'un texte... Le geste, le mouvement, la segmentation corporelle n'est que l'obligation d'un surplus d'émotion, tout le reste n'est que de la mécanique ! C'est ce qui fait la différence entre les grands danseurs et le performeurs démonstratifs.

Quand on parle du métier d'acteur, on parle souvent du trac ...Qu'avez-vous à dire à ce sujet ?
Bof, pas grand chose, sinon que le bon comédien est celui qui ne se presse pas. Le trac peut être une force et aussi avoir un effet "paralysant", alors le comédien doit se concentrer sur sa première humeur avant d'entrer sur scène... Il se retire de toute envie de se regarder, et toute envie de s'écouter. Il fixe son regard peu à peu vers l'objectif, fixe son corps aussi et retire les parasites qui envahissent souvent son interprétation.
Eric Checco dirigeant des acteurs
Comment aborder un texte ?
Question qui mérite quelques années de réponses (rires)... Le texte est une œuvre inachevée elle est accomplie par le verbe incarné par l’interprétation." J'aime comparer le travail d'un texte à une balade sur une montagne "volcanique" : une décision de départ, une marche rythmée, Une marche qui monte vers le cratère (le super objectif décrit par Constantin Stanislavski), une succession d'étapes avec plusieurs reliefs, un aboutissement tout en haut (révélation du personnage), un glissement de l'autre coté du flanc comme une lente coulée de lave ... A l'intérieur de la montagne-volcan, il y a le plein brûlant : LE MAGMA , sorte de masse mouvante, plastique et ardente...le Magma représente toute la psychologie d'un homme sur scène : Sa force et sa fêlure. C'est le souffle spirituel et viscéral d'un personnage. Le magma est le point de démarrage de toute recherche sur l'interprétation.

Où trouver son "Magma" ?
Rien n'est immédiat et rien n'est évident, il faut effectuer un forage exceptionnel. Parfois, le Magma est révélé quelques scènes plus loin, ou par la réplique d'un autre personnage, ou encore dans la vie de l’auteur, ou le contexte historique. C'est en creusant profondément dans le texte étudié et dans la pensée de l'auteur, et aussi dans son propre vécu, sa culture générale ou sa propre expérience émotionnelle que l'on va trouver son propre Magma.

Ca a l'air très important pour vous, cette recherche ?
Oui, car le Magma est le levain de l'interprétation. Il est partout profondément vivant sous les humeurs. Avant même de rentrer sur scène, il est là. Le comédien peut tout oublier, même son texte, s'il garde le Magma, il reste authentique, puissant et juste. Dans mes ateliers, ou en coaching d'acteurs de cinéma et théâtre, j'aborde un nombre importants d'éléments qui doublent, triplent le personnage et épaississent le rôle . Le magma n'est qu'un aspect, très important, bien sûr, mais il s'inscrit dans une démarche dramaturgique d'une trentaine de points... J'aborde chaque élément au fur et à mesure de l'évolution de l'acteur...
Car on ne vit pas de ce que l'on mange mais de ce que l'on digère...